Passer au contenu

Catégorie : Histoires

Covid-19 à Saint-Étienne : des étudiants infirmiers essorés et muselés

« J’ai calculé : cela fait 1€14 de l’heure », explique Gaspard, 19 ans, mobilisé dans l’unité Covid d’un hôpital privé stéphanois. Sur le front de la pandémie depuis plusieurs mois, les étudiants infirmiers de la région de Saint-Étienne dans la Loire dénoncent aujourd’hui les pressions et injonctions qu’ils auraient subies. Enquête pour Rue89Lyon.

Commentaires désactivés

Endométriose, le cancer qui ne tue pas

Elles s’appellent Amandine, Agathe, Sabrina, Ingrid ou Manon et souffrent d’une maladie chronique décrite cliniquement il y a 160 ans. Ces femmes, le connaissent depuis longtemps : elles le portent dans leur ventre. Éprouvées, elles se sentent seules face à des médecins démunis. « Vous savez, j’aurais préféré avoir un cancer. » Virginie, 35 ans, est atteinte d’un cancer qui ne tue pas : l’endométriose. Extrait.

Commentaires désactivés

Derrière les barreaux : le droit à la dignité

Tous les témoignages recueillis pour ce dossier sont précieux. Ils décrivent de quelle manière les normes sanitaires doivent s’adapter aux règles de surveillance. Ils sont détenu(e)s, ancien(ne)s détenu(e)s, surveillants de prison, médecins, et racontent à quel point les conditions d’hygiène des prisons françaises pèsent sur l’enfermement.

Commentaires désactivés

Nuit stupéfiante à Copenhague

En vingt-cinq ans, le visage rongé de Vesterbro s’est métamorphosé. Autrefois l’une des plus importantes « scènes ouvertes » de la drogue à Copenhague, le quartier est aujourd’hui un vrai laboratoire d’initiatives pour la réduction des risques. Entrez ici sans crainte et découvrez ces rues devenues refuge pour les toxicomanes.

Commentaires désactivés

Pire que la prison

Le mardi 27 décembre 2016, Prison Insider a pu passer les barrières du centre de rétention administrative de Lyon. Pour la première fois, une journaliste a été autorisée à y pénétrer, sans accompagner une éventuelle visite d’un parlementaire.

Commentaires désactivés

Chronique de procès

Au 42, avenue Berthelot, dans le 7e arrondissement de Lyon, Monsieur P. était payé 1 000 euros par mois pour surveiller une planque. Une grosse planque, connue depuis mai 2018. Arrivé en France quatre semaines plus tôt, il devra désormais y rester quatre ans supplémentaires.

Commentaires désactivés